2

Les avantages fiscaux et comptables du leasing professionnel

Le leasing, ou crédit-bail, est avantageux d’un point de vue financier : en effet, il permet de répartir le prix d’un investissement sur la durée et de garder une option d’achat, tout en permettant au vendeur de récupérer directement le montant total de la vente. Mais saviez-vous qu’opter pour une solution de leasing est également avantageux d’un point de vue fiscal et comptable ?

Au niveau du bilan comptable

Lorsqu’un produit est acquis dans le cadre d’une offre de leasing, son prix d’achat n’est pas réglé directement par l’entreprise qui en bénéficie : le paiement se fait par des loyers mensuels ou trimestriels. Même si le bien a été acheté par un établissement bancaire ou une société de financement, cette action est considérée comme une location pour l’entreprise qui en fait l’acquisition.

Ainsi, il n’apparaît pas dans le bilan comptable actif de l’entreprise : cela permet de préserver les capacités d’investissement et d’endettement, car il n’y a pas de répercussion sur la trésorerie. La solvabilité apparente n’est pas impactée par le leasing : ainsi, cela permet de conserver sa capacité d’emprunt auprès de la banque, tout en diversifiant ses sources de financement. Les loyers sont répertoriés en tant qu’ « engagement hors bilan » et sont notés à part.

Au niveau du compte de résultat : un avantage fiscal

Les loyers issus d’une opération de leasing sont considérés comme des charges d’exploitation au niveau du compte de résultat. Cela permet une diminution du bénéfice imposable, et donc du montant de l’impôt qu’il va falloir reverser. Ils sont à répertorier dans les frais généraux.

Cet avantage fiscal est d’autant plus important que la période de location est courte : en effet, les montants à rembourser étant plus élevés, la diminution du bénéfice imposable n’en sera que plus importante. Le leasing constitue donc une solution idéale pour de l’équipement ayant une durée de vie relativement courte, comme par exemple de la bureautique ou du matériel informatique.

Au niveau de la TVA

Opter pour du leasing fait également bénéficier d’un avantage au niveau de la TVA. En effet, l’entreprise n’a pas à en payer l’intégralité au début du contrat : l’établissement bancaire prend en charge la totalité du montant en même temps que l’achat, et la TVA est ensuite échelonnée sur les différents loyers, tout au long du contrat.

Cette répartition évite d’avancer la TVA, et ainsi une trop grande dépense à l’acquisition du bien.

Le leasing, une option plus souple

Autre avantage non négligeable, le leasing est une location avec option d’achat. Ce n’est pas une vente, qui demande un paiement immédiat. Ce n’est pas non plus une location-vente, ni une location longue durée (LLD), car l’entreprise qui bénéficie du produit a la possibilité de l’acheter à la fin du contrat sans y être obligée : elle peut tout simplement rendre le bien, mais aussi reconduire l’accord conclu si besoin.

Disposer de ce choix au terme du contrat de leasing est moins contraignant, et permet de choisir la solution la plus adaptée en fonction de la comptabilité de l’entreprise (s’il n’est financièrement pas possible d’investir en achetant le produit, l’achat n’est pas obligatoire et peut être remplacé par le prolongement du contrat de location ou la restitution du bien).

Un financement à 100%

Opter pour une solution de leasing, c’est pouvoir bénéficier d’un financement qui prend en charge la totalité de l’investissement. C’est une solution relativement rare, et privilégier une solution finançant à 100% permet de préserver les fonds propres de l’entreprise.

Dans le cas d’autres formes de crédit, avec une banque par exemple, le financement n’est accordé qu’à hauteur de 70% à 80% de l’investissement envisagé ; le solde doit pouvoir être apporté en autofinancement, et provenir directement des ressources de l’entreprise.

En résumé

Permettant d’étendre le financement d’un investissement sur une durée plus ou moins longue, le leasing est une solution avantageuse. Elle est souple, grâce à un choix entre plusieurs options à la fin du contrat de location (l’achat, la reconduction ou la restitution), et prend en compte l’intégralité du montant de l’investissement.
Les loyers du leasing ne figurent pas au bilan comptable, et préservent les capacités d’endettement et d’investissement en n’impactant pas la solvabilité apparente de l’entreprise. Considérés comme des charges d’exploitation, ils diminuent le bénéfice imposable. De plus, il n’y a pas d’avance de TVA, qui est échelonnée sur les différents loyers.